top of page

Salariée

Laura

30 ans

J’ai été ambulancière pendant 9 ans et durant cette période, j’ai eu mes 2 enfants. J’ai alors souhaité changer de métier car je voulais travailler en horaires fixes.

J’ai réussi à entrer dans l’industrie. Aujourd’hui je travaille en poste avec des horaires fixes. J’exerce le métier d’opératrice de ligne et je prépare un Certificat de Qualification Paritaire de la métallurgie.

Ancre 1
00:00 / 00:27
Ancre 2

Salariée

Anaïs

28 ans

J’ai arrêté l’école à l’âge de 16 ans. J’ai travaillé dans le commerce puis j’ai eu mon premier enfant. J’ai repris mes études et j’ai passé mon bac. J’ai eu un contrat dans une banque puis j’ai eu mon deuxième enfant. Je me suis alors tournée vers l’industrie. Cela convient mieux à ma vie de famille (horaires, postes, etc.) et je travaille dans une environnement qui me correspond. Je suis en apprentissage avec une grande entreprise du Dunkerquois ; je prépare un bac pilote en ligne de production.”

00:00 / 00:36
Ancre 3

Salariée

Aurélie

J’ai fait un bac et un BTS Productrice Mécanique (usinage) puis 2 licences : 

  • Génie des systèmes industriels

  • Gestion PME/PMI

J’ai commencé dans le monde du travail en tant que dessinateur/projecteur.

J’ai changé d’entreprise pour devenir technicienne suivi de fabrication.

Aujourd’hui, je suis chargée de méthodes dans la maintenance industrielle.

00:00 / 00:27
Ancre 4

Salariée

OCHUKO

J’ai travaillé à Triselec, puis en tant qu’agent d’entretien pour les écoles de la ville de Dunkerque.

Ensuite, je suis rentrée à l’AFEJI sur un poste polyvalent Agent d’entretien/Agent de production à la légumerie.

Aujourd’hui, je fais une formation à temps plein pour préparer le Titre Professionnel de Conducteur d’Installations et de Machines Automatisées.

00:00 / 00:26
Ancre 5

Salariée 

Amandine

28 ans

Je suis maman de 2 enfants. J’ai travaillé dans le maraîchage et aussi comme serveuse. Ce métier ne me convenait plus.

Aujourd’hui, je suis en formation pour devenir dessinatrice industrielle, en reconversion pour faire un métier qui me plait.

00:00 / 00:19
Ancre 6

Salariée

Morgane

29 ans

J’ai commencé par un contrat en alternance en tant qu’animatrice HSE (Hygiène Santé Environnement) avec l’AFPI. J’ai ensuite travaillé pour une entreprise de peinture industrielle pendant 3 ans.

Aujourd’hui, je travaille pour une entreprise de maintenance industrielle, principalement sur le site d’Arcelor en tant qu’animatrice QSE (Qualité Sécurité Environnement).

00:00 / 00:28
Ancre 7

Salariée Reconversion - Découverte des Métiers de l’Industrie

Tatiana

48 ans

Après plusieurs années passées comme agent d’entretien dans différentes entreprises (SOPROCOS, NESTLÉ…), de nouvelles perspectives en tant que chef de ligne dans l’industrie pourraient me convenir. La découvert de ces métiers, la mise en pratique, les essais sur les différentes machines-outils, la conduite de ligne, la soudure, nous permettent de prendre confiance en nous, ce qui nous manque parfois, et de nous dire que c’est possible également.”

00:00 / 00:29
Ancre 8

Salariée Reconversion - Découverte des Métiers de l’Industrie

Isabelle

53 ans

Dans le cadre d’un projet de reconversion après avoir travaillé pendant plusieurs années comme maraîchère, dans des services espaces verts et quelques essais en maçonnerie, la découverte de nouveaux métier dans un domaine inconnu me plait et notamment l’utilisation de machines, l’outillage, la conduite de lignes, le fraisage, la soudure. Finalement, même si ce n’est pas évident, cela donne une autre lisibilité de ces métiers de l’Industrie. A mon âge, on manque peut-être de confiance en soi, on se dit qu’il faut apprendre à nouveau, retourner à l’école. Mais cette découverte nous permet de comprendre qu’il y’a des possibilités pour nous, que certaines actions, gestes sont aujourd’hui facilités et que finalement nous pouvons y arriver également en tant que femme et apporter d’autres compétences comme par exemple notre minutie.”

Ancre 9

BAC PRO Carrosserie/Peinture 

Mary Amelie

20 ans

"J’aime le domaine industriel et les métiers que l’on peut y exercer. Dans le cadre de mon BAC Pro Carrosserie Peinture au lycée Condorcet, j’étais la seule fille. J’ai pratiqué la soudure qui donne la possibilité de créer plein de choses avec la tôle et de voir le résultat rapidement, c’est très concret. J’ai également eu une petite expérience au sein de l’entreprise MBK qui m’a donné envie de continuer et surtout de commencer à travailler dans ce domaine. Nous sommes autant capables que les hommes, je dirai même que sur certains points nous pouvons faire mieux que les hommes, notre minutie par exemple et notre gestion du temps.  Une session de découverte de l’industrie permet de voir de nouvelles machines- outils, le métier de conductrice de lignes, je pourrais envisager également de continuer dans la logistique et la maintenance. J’estime qu’il n’y a aucun frein pour nous les jeunes femmes pour travailler dans le domaine industriel."

Ancre 10

Salariée Reconversion - Découverte des Métiers de l’Industrie

Natacha

50 ans

J’ai déjà travaillé pour des missions ponctuelles dans le domaine industriel et notamment chez MBK où j’ai préparé des pièces ainsi que chez BPS. Attiré par les métiers dans l’industrie qui sont devenus beaucoup plus accessibles aux femmes, la perspective de retrouver un emploi grâce à une immersion m’intéresse. La conduite de lignes, le fraisage, la découverte de nouvelles machines-outils à utilisation manuelle ou numérique sont très motivants. La soudure par contre ne me convient pas pour des problèmes de fragilité visuelle. Cette expérience nous permet également de confirmer que les femmes jeunes et moins jeunes peuvent aujourd’hui intégrer facilement le monde de l’industrie et y apporter leurs compétences.

Ancre 11

Reconversion - Découverte des Métiers de l’Industrie

Sandrine 

50 ans

"Après avoir exercé le métier de commerçante sur les marchés pendant 19 ans, les difficultés de ce secteur d’activité m’ont incité à découvrir un nouvel univers, celui du monde industriel. J’ai eu une expérience en tant que préparatrice de commande en Intérim avec Synergie.  Notre force, la minutie, notre savoir être, moins « brutes » que les hommes, plus calme, notre adaptabilité. A priori oui nous pouvons tout faire aujourd’hui, rien ne nous arrête, cette période de découverte nous permet aussi de reprendre confiance en nous et de découvrir que nous avons d’autres talents. Je me suis sentie bien accueillie, à l’aise dans le cadre de cette session."

Ancre 12

CAP Mode

Bac Gestion Administrative

Eva

18 ans

"C’est une première découverte pour moi cette approche du domaine industriel et j’avoue que je trouve cela intéressant et surtout plus lisible. La conduite de ligne par exemple, la soudure je ne sais pas encore. Par contre ce dont je suis sûre c’est qu’aujourd’hui nous pouvons tout faire en tant que jeunes femmes, en effet les accès aux machines - outils, la digitalisation de certains équipements facilitent notre intégration et rendent ces métiers plus attractifs."

00:00 / 00:27
Ancre 13

Diplôme d’ingénieur en mécanique

Sara

32 ans

"Après avoir commencé mes études avec un Bac Médico-Social et travaillé pour des missions saisonnières dans ce secteur, j’ai décidé de changer complètement de filière et de formation pour pouvoir travailler dans le domaine industriel. J’ai passé un bac technique usinage, puis un BTS en conception de produits industriels « dessinateur industriel prototype » et je poursuis actuellement mes études pour obtenir un diplôme d’ingénieur en mécanique.

Nous sommes accueillies à bras ouverts en tant que femme dans le monde industriel, la vision du monde de l’entreprise change en considérant que nous apportons notre minutie, notre sens de l’observation, notre envie de nous investir encore plus. La majeure partie des entreprises ont des systèmes qui facilitent toutes les actions, le port de charges et l’introduction de la digitalisation. Ce que j’apprécie dans mes missions ce sont les calculs de conception pour réaliser un objet mais je peux intervenir aussi sur les flux continus en lignes de production, voire la maitrise des process et les notions de performance. Cela permet d’avoir une lisibilité et une anticipation sur le produit, l’amélioration des flux en logistique, les marchés, les projets d’équipes, participer à la vie de l’entreprise."

Ancre 14

BAC Gestion Administrative

Mélissa

19 ans

"Malgré des études dans le domaine administratif car « c’était mieux pour les jeunes filles », j’ai préféré m’orienter ensuite dans le domaine industriel notamment l’usinage, manipuler des machines, la matière et voir immédiatement les résultats de ce que j’ai pu créer, donne un aspect concret. Le monde de la voiture me passionne aussi, celui de tourneur, fraiseur, dessiner des plans. Les femmes sont plus précises, le travail effectué en usinage est plus net, plus propre, les pièces plus lisses. Notre différence est peut- être aussi dans le savoir être, nous pouvons gérer « 2 trucs à la fois » et nous sommes moins vite déconcentrées. Compte tenu des systèmes mis en place de nos jours nous pouvons pratiquement tout faire, pas de freins même le travail de maçon."

Ancre 15

Salariée 

Marine

23 ans

"Accompagnée dans le cadre du dispositif jeunes, elle a passé plusieurs entretiens de recrutement sans réel succès. Puis elle a montré un intérêt pour l’industrie mais une adaptation s’avérait nécessaire pour se positionner sur des offres et plus particulièrement sur de la gestion de production. Une préparation opérationnelle à l’emploi (POE) lui a été proposée par le conseiller dédié entreprise. Elle a participé au recrutement via la Méthode de recrutement par simulation (MRS). Elle a réussi les tests et a intégré la formation (POEC Gestion de production fin 2022.) qui a débouché sur une mission d’intérim. Aujourd’hui, Marine se dit autonome sur son poste et surtout bien intégrée dans l’entreprise de fabrication de cartonnage située à Vervins."

Ancre 16

Salariée

Céline

55 ans

"Agent de conditionnement, Céline a travaillé essentiellement en intérim. Lors de son passage en agence, elle a consulté les opportunités d’emploi sur l’affichage dynamique. Elle a échangé avec le conseiller qui a proposé sa candidature auprès d’une entreprise industrielle textile de Château Thierry. Depuis Céline a un CDD de 6 mois. Elle s’est formée en interne pendant cette période. Elle est bien intégrée dans l’entreprise et dans son poste. Un CDI devrait lui être proposé."

00:00 / 00:31
Ancre 17

Salariée

Mélanie

"J’interviens depuis 14 ans sur la QSE dont 10 ans dans l’Industrie.  Aujourd’hui, je suis responsable Qualité Sécurité Environnement pour une entreprise de maintenance industrielle."

Ancre 18

Salariée 

Lindsay

29 ans

"Après avoir obtenu plusieurs CAP : peinture, (application de peinture de revêtement) agent de sécurité, machiniste verrière (fabriquer les assiettes) je suis maintenant mécanicienne de maintenance chez Arc Tooling à Arques et ce métier me plait beaucoup. Au début j’ai commencé par la production et maintenant j’assure la réparation, c’est plus intéressant. Je dépanne les machines, la production peut continuer, ainsi je me sens utile.  Je suis la seule actuellement sur ce poste dans mon secteur au sein de l’entreprise. J’ai commencé par travailler en horaires décalés, les 5/8 et maintenant j’ai des horaires fixes. Nos métiers évoluent, ils s’adaptent au public féminin et nous sommes plus minutieuses, nous prenons plus de temps pour peaufiner.  Notre approche est différente de celles des hommes, mais en fait nous avons une belle complémentarité dans les équipes."

Ancre 19

Salariée

Axelle

22 ans

"Après un bac Arts Appliqués, j’ai été admise à l’école Boulle de Paris, en joaillerie. Mais je préférais la diversité et les perspectives ne m’intéressaient pas. J’ai validé mon CAP Joaillerie et j‘ai arrêté en cours de brevet des Métiers d’Arts.

A cette époque j’ai rencontré mon futur compagnon qui était soudeur et qui m’a fait découvrir et essayer la soudure. J’ai retrouvé de nombreuses similitudes avec les techniques de la joaillerie (meulage, découpe, soudure…) J’ai fait un bilan de compétences, les métiers qui en sont ressortis étaient tous des métiers manuels : soudeur, bûcheron

J’ai eu l’opportunité d’intégrer une formation de tuyauteur industriel à l’AFPI de Gravelines. A l’issue de mon stage et après validation de mon CQPM, j’ai été embauchée en CDI. Aujourd’hui je travaille dans les différentes centrales nucléaires en tant que tuyauteuse."

Ancre 20

En alternance métier

Chaudronnière

Léa

17 ans

"J’ai toujours aimé bricoler, créer, découvrir, la mécanique et l’univers industriel. D’ailleurs c’est ma maman qui m’a transmis cette passion depuis mon plus jeune âge. J’ai tout fait pour intégrer une entreprise industrielle et grâce à une période d’immersion en entreprise, j’ai constaté que c’était possible pour moi et que c ‘est ce que je voulais faire. Je suis actuellement une formation en alternance au sein de l’entreprise « France Métal Construction », entreprise de charpente métallique où j’assemble des pièces pour monter des charpentes. J’adore aussi découper les pièces, les meuler pour préparer les futures charpentes. Les métiers manuels sont essentiels et tout est fait aujourd’hui pour que les femmes puissent être bien intégrées, les aides au port de charges lourdes par exemple et ce n’est plus seulement réservé aux hommes. Dans l’entreprise où je suis, les hommes sont contents de la présence de femmes et souhaiteraient qu’il y en ait encore plus et mon futur métier de chaudronnière je le conseillerais à d’autres jeunes filles et jeunes femmes."

Ancre 21

Salariée 

Sofia

35 ans

"Après un bac S, je suis entrée en école d’infirmière, j’y suis restée 1 an, je n’ai pas aimé. Puis j’ai travaillé 4 ans comme auxiliaire de vie. J’ai alors décidé de faire un bilan de compétences, les métiers qui en sont ressortis étaient tous des métiers manuels et techniques : maçon, électricien… Moi je voulais un métier concret qui demande « des vraies compétences et où on doit réfléchir » 

J’ai entamé une formation en électricité industrielle à l’AFPA (8 mois) puis j’ai fait un contrat de professionnalisation avec l’AFPI et ARCELOR à l’aciérie durant 12 mois et après un BTS Electrotechnique toujours à l’aciérie (24 mois) à l’issue duquel j’ai obtenu un CDI.

Aujourd’hui je viens de changer d’entreprise pour évoluer. Je suis responsable du service électrique dans une entreprise qui fabrique du minerai qui sert à la fabrication des aciers."

Ancre 22

Salariée

Sek -SOCHEATA

28 ans

Après un CAP Esthétique et un CAP Coiffure, je ne trouvais pas vraiment ma voie.

Grâce à un stage de découverte, de ma propre initiative, j’ai pu observer le métier de Radioprotection (exposition aux radiations). Cela m’a ouvert les portes sur différents métiers de l’industrie. J’ai commencé la formation de contrôle non-destructif (contrôle des soudures). Aujourd’hui, je souhaite m’épanouir dans ce domaine.

00:00 / 00:28
Ancre 23

Salariée

Emeline

28 ans

"Après un bac secrétariat et ne souhaitant pas poursuivre mes études, j’ai rapidement trouvé un emploi d’opératrice dans le domaine agro- alimentaire. Puis les différents emplois se sont enchainés dans l’industrie.

Après un arrêt de 12 mois pour maternité, j’ai eu plusieurs entretiens. J’ai choisi de travailler pour Alliance Emploi. Je suis en CDI, mise à disposition d’une très grosse entreprise et je prépare un bac pro Pilote de Ligne de Production."

00:00 / 00:28
Ancre 24

Fonderie Depoilly Coquel

Mme Sandrine Devillers

Cheffe d’entreprise

50 ans

Woincourt 80

Je gère depuis 30 ans l’entreprise familiale qui m’a été transmise par mes parents, grands-parents et c’est un plaisir de continuer chaque jour cette activité représentative de notre territoire. Nous produisons des pièces de toutes taille en laiton qui entrent dans la fabrication d’éléments pour le bâtiment et la quincaillerie.

Le métier de « coquilleur » consiste à couler à la louche du laiton pour des petites ou grandes pièces. Les femmes aujourd’hui peuvent intégrer tous les métiers du domaine industriel car les techniques ont évolué et les ports de charges par exemple sont facilités. De plus la mixité en entreprise est un facteur positif les femmes y apportant de plus leur précision, dextérité, patience.

Ancre 26

CRIT INTERIM

Alison

Chargée de recrutement

24 ans Amiens

Nous recrutons dans tous les secteurs industriels et notamment pour l’aéronautique tous types de profils. Pour les métiers d’ajusteurs monteurs les femmes sont les bienvenues, il suffit d’être un peu manuelle et motivée, elles seront ensuite formées chez Proméo ou directement chez Airbus à Méaulte pour la pratique. Le personnel féminin apporte de la minutie, de la rigueur, une forte implication ce qui est très recherché dans le domaine de l’aéronautique

Une autre entreprise spécialisée dans les balais industriels, les éléments d’éoliennes, les bandes de captage… recherche des profils féminins pour leur minutie, leur dextérité et leur morphologie.

Les femmes peuvent aujourd’hui intervenir sur tous les métiers, tout est fait pour que cela se passe le mieux possible, avec la digitalisation de certaines fonctions, la possibilité d’avoir des horaires aménagés compatibles avec une vie familiale et dans certains cas faciliter les déplacements.

Well JOB Interim

Mégane

Chargée de Recrutement

Amiens

Trop de métiers font peur aux femmes, elles hésitent à s’affirmer en tant que femmes, je dirais à ces dames il faut oser, essayer, faites-vous confiance. Nous recherchons plutôt dans le domaine des travaux publics, maçons, manœuvres et celui des espaces verts qui est également accessible aux femmes et pourtant comme pour l’industrie elles hésitent à postuler. Nous avons déjà recruté des femmes maçons, menuisières et elles s’épanouissent dans ce choix. La lisibilité des métiers, les idées reçues, les stéréotypes doivent changer et la création de nouveaux métiers, de nouvelles façons de concevoir, de fabriquer peuvent aider certaines d’entre elles à s’engager.

Ancre 27
Ancre 28

NOVASPINE

 

Mme Nada Khalife

Cheffe d’entreprise

80 480 Salouel

 

Notre entreprise est spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation d’implants et d’instruments dédiés à la chirurgie du dos et du matériel médico chirurgical et dentaire. Nous faisons du sûr- mesure répondant à des cahiers des charges précis, de la conception en 2D 3D. Les femmes qui souhaitent travailler manuellement sont les bienvenues, notre porte leur est grande ouverte. Nous apprécions leur minutie, leur dextérité, leur concentration et la précision de leur geste dans ce domaine.

PROCH INFO FORMATION

Angelique Marquant

Responsable Service Formation

02 100 Saint Quentin

J’interviens depuis 15 ans dans le domaine de la formation, puis celui de la gestion territorialisée, la visite d’entreprises multi-secteurs d’activités et notamment la découverte de nouveaux métiers. J’ai mis en place des « fabriques » pour visualiser les différents métiers et notamment une chaine de production alimentaire. L’industrie est un secteur qui souffre d’un manque de lisibilité surtout pour les femmes, alors il faut casser idées reçues, faciliter les mises en situation pour susciter des vocations, changer la communication, changer les mots, donner du sens, informer sur les métiers de demain. Il est important de redorer certains métiers, sensibiliser les femmes et leur redonner confiance. Il faut oser pousser la porte d’une entreprise industrielle, donner l’opportunité aux personnes de tester, de faire.

Ancre 29
Ancre 30

MBK

Muriel Cevear

DRH

02 100 Saint Quentin

Je travaille depuis 31 ans chez MBK, je crois que j’étais prédestinée au milieu industriel et c’est un véritable choix de profession, j’ai notamment participé pendant 4 années à la rédaction et la mise en place de la norme ISO 9000. Actuellement j’interviens dans le recrutement et je supervise l’organisation, son évolution, l’anticipation des besoins et surtout le respect des bonnes pratiques dans l’entreprise. Nous souhaitons féminiser le service qualité, embaucher des femmes techniciennes, ingénieures qualité. Les femmes sont les bienvenues chez MBK et à tous les postes, tout est fait pour leur faciliter la tâche, port de charge, temps de travail et surtout une bonne intégration et pour leurs déplacements nous avons du covoiturage, des lignes de bus directes depuis le centre-ville. Pas de frein à l’embauche pour les femmes jeunes et moins jeunes, nous pouvons les former, leur donner les moyens de s’accomplir. Il faut simplement oser, avoir envie, un peu de persévérance, reprendre confiance, ne rien s’interdire et surtout avoir une autre image de l’industrie.

Ancre 31

MBK

Lucille Maufroy

Directrice Opérationnelle

Responsable de la logistique et de l’assemblage

02 100 Saint Quentin

Je gère une équipe de 300 personnes constituée d’hommes et de femmes dans différents ateliers, il s’agit d’adapter les moyens humains pour y arriver. J’ai commencé ma carrière dans l’agroalimentaire, puis le secteur industriel, nous sommes toujours dans l’action, dans le concret et c’est très motivant. Nous avons la fierté du produit fabriqué, le sens du travail bien fait pour une marque très connue. On ne se salit pas plus qu’ailleurs et il y a de moins en moins de travaux pénibles ou de port de charges, l’ergonomie du matériel est étudiée. Bien sûr que les femmes peuvent postuler en plus nous proposons des journées à heures fixes de 8 h à 17h. La mixité est importante elle apporte un équilibre, une ambiance, les femmes apportent leur minutie, l’ordre dans les ateliers , elles sont très réactives, respectueuses des règles.

MBK

Stéphanie

Infirmière

02 100 Saint Quentin

Travailler pour une entreprise de cette taille et dans le domaine industriel est très intéressant, je rencontre et échange chaque jour avec de nombreux salariés avec un rôle d’écoute, d’accompagnement au changement, de coordination. 95% de prévention essentiellement et un peu de bobologie, mais les conditions de travail ont évolué, l’ergonomie du matériel et tout est fait pour que les salariés s’y sentent bien. Certaines femmes ont d’ailleurs évoqué leur fierté d’appartenance à l’entreprise. La production est très variée avec des enjeux de qualité, de réactivité, de mise aux normes européennes. Pour moi il n’y a aucune difficulté pour que des femmes intègrent MBK et le domaine industriel en général.

Ancre 32
Ancre 33

MLFE

M Boutanquoi

Directeur

60 200 Compiègne

A Compiègne nous avons plusieurs entreprises appartenant au secteur du luxe qui produisent pour YSL, Chanel, pour la maroquinerie, la parfumerie et dans lesquelles un certain nombre de femmes travaillent. Certaines produisent pour le secteur de la Défense – Missiles dans lesquelles les femmes sont les bienvenues compte tenu de leur habileté manuelle et leur précision. Nous notons également un accroissement des demandes de femmes pour devenir conductrices de bus. Nous devons mieux faire connaitre les différents métiers du domaine industriel pour faire changer les mentalités et rendre plus lisible et accessible ce secteur aux femmes, les contraintes techniques ont beaucoup évolué.

Ancre 34

ADECCO

Mme Gabrielle Legrand

Chargée de recrutement

02 100 Saint Quentin

Après avoir travaillé comme esthéticienne et après une reprise d’études en RH, j’ai souhaité intégrer un autre domaine celui de l’Intérim du recrutement et notamment dans le domaine industriel. Aujourd’hui nous engageons de plus en plus de femmes dans le domaine de la manutention, conduite de lignes, caristes, peinture, soudure, électricité.

Une femme qui avait une expérience de 25 ans en boulangerie vient de postuler pour un travail dans le domaine industriel. Des entreprises comme Morato ou Mondelez recherchent des femmes pour leur profils minutieux, attentifs. Mesdames osez, allez- y, il n’y a pas de discrimination, pas de barrière tout est fait aujourd’hui pour faciliter votre employabilité.

Ancre 35

JOHN COCKERILL

Service RH

59 Grande Synthe

Notre entreprise intervient dans la maintenance, la modernisation des installations dans le domaine du nucléaire, l’Eolien, Industrie, Pétrochimie, Manufacturing. Partenaires de référence au service d’équipements plus fiables, plus performants. Nous recrutons bien sur des femmes pour différents métiers, actuellement des cheffes de chantiers, aléseur, électricien nucléaire ... Nous leur offrons aussi une qualité de vie pour celles qui recherchent 4 jours de travail par semaine, pas d’astreinte ou de travail posté. La période Covid a modifié le choix de certains postes et celui de la vie au travail. Nous avons pourtant peu de demandes de femmes que nous apprécions pour leur dextérité, leur minutie, leur sérieux.

Ancre 25

PROMEO

Mme Cavennes Patricia

02 100 Saint Quentin

Nous intervenons et formons hommes et femmes pour 4 métiers de l’Industrie : la conduite de lignes, l’usinage, la logistique, le soudage. Cela concerne des demandeurs d’emploi, des personnes en formation continue, en alternance, en reconversion. Ce qui est important dans toutes nos formations c’est la savoir être et l‘appétence des personnes. Bien souvent il y a de la part des femmes une méconnaissance des métiers et un manque de lisibilité du domaine industriel, nos périodes de découvertes de 8 jours permettent de mieux appréhender ces métiers et donner du sens. Elles manquent aussi de confiance en elles et pourtant elles apportent beaucoup au sein d’une entreprise.

Ancre 37

TEIXERA

Mme Teixeira Sylvie

Cheffe d’entreprise

60140 Verderonne

 

Nous sommes spécialisés dans l’aménagement extérieur, démolition et terrassement, pose d’enrobés. Les femmes actuellement dans notre entreprise occupent des fonctions supports, certaines toutefois conduisent des camions. Elles peuvent aussi intervenir dans la pose de carrelage, des travaux de peinture, la réalisation d’ouvrages, les charges lourdes sont facilitées, nous disposons de tous types de matériel. Nous avons des offres d’emploi pour hommes et femmes mais peu de candidates, mesdames n’hésitez pas à vous présenter. Les dames apportent leur assiduité, leur rigueur et leur patience et c’est un plus la mixité au sein d’une entreprise.

HDF FORMATION

Aurélie

Chargée de formation

Noeux les Mines 59

Les mœurs pourraient changer dès lors qu’un(e) jeune rentre en primaire ou collège et l’éducation nationale pourrait jouer un rôle pour faire changer ces idées de métiers « genrés » et transmettre l’envie, aux jeunes filles et jeunes hommes de s’orienter vers un métier dit « d’homme » ou de « femmes ». Ce changement prendrait très certainement du temps et cela ne résoudra pas, à court terme, la pénurie de main d’œuvre dans le domaine de l’industrie mais ce serait, peut-être, un bon début.

Ancre 38
Ancre 36

COMLEV

Mme Lucas

49 ans

Cheffe d’entreprise

Saint Sauveur 80

Je suis issue d’une famille d’entrepreneurs et de commerçants, après un BTS commercial je me retrouve sur le marché de l’emploi et décide de rejoindre la société de mon père. Dans ce métier il faut avoir la volonté et aimer entreprendre et surtout s’entourer des bonnes personnes. « Et c’est comme cela depuis 27 ans, on s’active du 1er janvier au 31 décembre » Notre société est spécialiste de la manutention, du levage, du transport et du stockage et intervient dans les Hauts de France et en Seine Maritime. Les salariés sont formés en interne, les compétences recherchées sont le savoir être, la volonté de réussir, la persévérance. Les femmes apportent leurs qualités et la mixité est un élément important au sein d’une entreprise, elles précisent qu’elles sont autant capables que les hommes et ce avec une certaine détermination.

Valérie 

57 ans 

ST Quentin 

Cariste

MBK 

J’ai commencé ma carrière chez MBK par la pose de chaines pour les mobylettes, les scooters, puis après un passage au service expéditions, je suis devenue préparatrice de commandes pour les lignes de montage. Pendant 7 ans j’avais été secrétaire mais en fait je n’aime pas « les trucs de filles, il faut que cela bouge ». Après avoir passé mon Caces pour dépanner lorsque le cariste de service était absent, j’ai depuis intégré le service logistique réapprovisionnement en visserie et pièces, je conduis un Fenwick plus 2 chariots de 2m chacun et parfois je tracte jusqu’à 3 tonnes. Il faut une certaine autonomie, de l’organisation, de la conscience professionnelle, l’envie de bien faire, du courage parfois mais ce travail est compatible avec une vie de famille. Alors je dirais Mesdames c’est possible, il faut oser, avoir envie et puis l’erreur est humaine, de plus les nouvelles technologies ont adapté les outils à la morphologie des femmes. Bien sûr il faut aimer travailler en équipe, respecter les objectifs, la cadence et en ce qui me concerne je suis fière de travailler pour cette entreprise.

Ancre 39
Ancre 40

Samantha

32 ans 

St Quentin

 MBK

Peintre

J’ai toujours été attirée par les métiers manuels, le domaine industriel et surtout celui de la peinture et notamment sur les voitures. Originaire de Bordeaux, je suis arrivée dans la région et sur les conseils d’amis j’ai répondu à une annonce d’emploi chez MBK. J’ai suivi une formation de découverte du métier de peintre au jet durant une semaine afin d’évaluer mes compétences, je me suis tout de suite sentie bien et j’ai été recrutée. Je travaille à la chaine et je peins au jet les pièces qui défilent devant moi. Cela demande un geste précis, minutieux dans un temps limité 40 secondes à 1 minute environ par moto. Je travaille en poste matin ou après- midi, ce métier demande rigueur, précision, calme et ce petit plus de l’intervention humaine. C’est vraiment très intéressant et je suis fière de travailler pour une entreprise comme MBK et voir mon travail sur les motos vendues dans le monde entier. Bien sûr que les femmes peuvent exercer ce métier, il suffit d’aimer ce que l’on fait, plus tard j’aimerais être formatrice.

Pascale 

56 ans

ST Quentin 

MBK

Monteuse

Après un bac secrétariat, j’ai travaillé durant 2 années dans une agence de publicité au service des petites annonces. Après quelques galères pour retrouver un emploi, ce sont mes parents qui m’ont parlé de MBK et j’ai commencé en tant qu’agent de fabrication, préparatrice en poste gardes boues, bavettes, carburateurs, assemblage de phares. Ce métier me plait, on se sent utile et on peut voir un résultat très rapidement et surtout travailler pour une marque comme MBK/YAMAHA c’est une véritable fierté d’appartenance.  Notre priorité c’est la satisfaction du client, de plus tout est organisé pour que les femmes se sentent à l’aise, nous pouvons tout faire, tout ce qui est lourd est assisté, facilité et nous avons des tables automatiques adaptées à notre taille. Les qualités recherchées en tant que femmes : minutie, patience, dextérité, finesse, motivation et bien sûr pour tous, un bon état d’esprit et le suivi des règles.  Mesdames et Mesdemoiselles « Osez, venez, il ne faut pas avoir peur » de plus ici notre vie de famille est respectée et les horaires sont adaptés en fonction de l’activité.

Ancre 41
Ancre 42

Mélina

22 ans 

Saint Quentin

MBK

Contrôleuse de qualité

Après avoir passé un cap petite Enfance, métier dans lequel je ne suis pas sentie bien, j’ai effectué quelques stages dans plusieurs usines de Saint Quentin. J’ai intégré MBK en janvier 2020 en tant qu’opératrice de production plasturgie carénage de motos. Les horaires en postes décalés soit 5h00 à 13 h ou 13h à 21h me conviennent parfaitement. Dans ce métier nous devons être réactives, minutieuses, rigoureuses, attentives, bien organisées. Il y a une très bonne entente dans l’équipe et nous sommes très bien acceptées en tant que femmes.  Aujourd’hui je suis contrôleuse qualité et je suis très fière de mon travail et d’appartenir à un tel groupe car ce que nous produisons est visible dans le monde entier. La plupart des tâches sont accessibles aux femmes dans cette entreprise et tout est pensé pour faciliter leur quotidien.

Chloé

22 ans 

ST Quentin

MBK

Opératrice régleuse

Après avoir passé un bac assistante sociale, j’ai effectué quelques missions d’intérim et découvert le monde industriel qui m’a tout de suite plu, il est vrai que j’aimais déjà bricoler et tout ce qui était manuel. Je suis issue d’une famille de soudeurs et en janvier 2019, grâce à mon papa et ses conseils, j’ai intégré MBK. Je suis passionnée par ce que je fais « d’un petit grain de plastique ressort quelque chose de concret, une pièce qui va donner vie à une moto et si les pièces sont bonnes et que cela marche c’est une grande fierté ». Nous avons le sens des responsabilités, nous sommes très impliquées dans notre travail, nous contrôlons, vérifions en permanence, nous avons intégré la notion de valeur et de coût des différents matériaux que nous utilisons. La confiance n’exclut pas le contrôle et nous sommes conscientes des enjeux.  « Il ne faut pas avoir peur d’y aller, c’est fait pour tout le monde, il ne faut pas s’arrêter à l’image plutôt masculine du monde industriel. »

Ancre 43
bottom of page